• Accueil  / 
  • Actualité
  •  /  Et si nous parlions combat contre le cancer du sein en cette Journée de la Femme ?

Et si nous parlions combat contre le cancer du sein en cette Journée de la Femme ?

Ce Jeudi 8 Mars, la Journée de la Femme sera marquée par plusieurs événements (expositions, conférences…) mettant à l’honneur les femmes et leur combat mené à Bobigny et ailleurs dans le monde. Le journal local Bobigny Community dédie cette journée au cancer du sein ! L’objectif ? Sensibiliser les femmes à cette maladie et soutenir celles qui se battent chaque jour pour améliorer leur quotidien.

Et si moi aussi, j’avais le cancer du sein ?

Dr Charlotte Ngo, chirurgienne-gynécologue en cancérologie à l’Hôpital Européen Georges-Pompidou a eu le plaisir de répondre à certaines de nos interrogations.  

(source : site voix des patientes)

En France, le cancer du sein est la 1ère cause de mortalité par cancer chez la femme. En effet, 1 femme sur 8 est concernée par ce cancer, au cours de sa vie.

Bien que ça soit, comme l’explique le Dr Ngo, « un cancer de meilleur pronostic avec une mortalité par cancer qui a tendance à diminuer ces dernières années et une survie de près de 88% à 5 ans de cancer, tous stades confondus », il n’en demeure pas moins que ce sont près de 54000 femmes qui sont nouvellement touchées chaque année en France.

Comment lutter concrètement  contre le cancer du sein ? Le Dr. Ngo n’a aucun doute sur l’efficacité du dépistage : « Le dépistage a permis de réduire la mortalité du cancer car le diagnostic est fait à un stade précoce ». En effet, détectée à un stade peu évolué, la tumeur a plus de chance d’être soignée.

Comment dépister le cancer du sein ? Dr. Ngo a également fait le point sur la procédure du dépistage : « Aujourd’hui, le dépistage du cancer du sein est organisé sur le plan national depuis 15 ans. Entre 50 ans et 74 ans, toutes les femmes ayant un numéro de sécurité sociale reçoivent tous les 2 ans une invitation pour aller se faire dépister dans un centre de radiologie agréé pour les mammographies. Elles peuvent donc se rendre avec cette invitation dans un centre proche de chez elles où elles auront une mammographie (avec ou sans échographie) gratuitement. Elles peuvent aussi demander à leur médecin traitant ou à leur gynécologue qui leur prescrira une mammographie si cela est indiqué ».

Par ailleurs, dans les hôpitaux  Avicenne de Bobigny et Jean Verdier de Bondy, une grande équipe de spécialistes assure la prise en charge globale du cancer du sein, à savoir dépistage, diagnostic, traitement (chimiothérapie, radiothérapie…)…

Vous l’aurez compris, mesdames, le dépistage est primordial. La praticienne explique également l’importance du suivi régulier chez un gynécologue, idéalement une fois par an puisque « le gynécologue peut apprendre aux femmes à se palper la poitrine régulièrement, tous les 6 mois par exemple et leur conseiller de consulter si elles constatent quelque chose d’anormal, une boule dans le sein, une anomalie dans la peau ou un écoulement mamelonnaire par exemple ».

La lutte contre le cancer du sein ne s’arrête pas au mois d’Octobre_Octobre Rose, ni à la Journée de la Femme. Le combat est tous les jours. Nous sommes tous concernés par cette maladie. Nous avons tous une femme, une sœur, une amie ou une voisine qui pourrait en souffrir. Mais alors, quel rôle pouvons-nous jouer dans cette lutte ? Notre premier devoir est celui d’informer comme le souligne le Dr. Ngo : « Il faut relayer le message que le dépistage n'est pas dangereux pour la santé et qu'au contraire, il permet de faire le diagnostic du cancer du sein à un stade où il se traite bien dans la plupart des cas. Il faut encourager les femmes de son entourage à utiliser l'invitation qu'elles reçoivent pour aller faire leur dépistage. Si certaines femmes ne reçoivent pas cette invitation, il faut les encourager à consulter leur médecin traitant ou le gynécologue qui saura où les adresser pour réaliser les mammographies ».

Aussi, rappelons que ce combat contre cette maladie, aux traitements lourds et parfois douloureux, peut être vécu dans la solitude et la peur par certaines femmes. Nous devons donc les accompagner et les soutenir avec force dans leur épreuve. Informer, Accompagner, Soutenir : telle est la devise du combat contre le cancer du sein.

Enfin, à ce combat contre le cancer du sein, s’ajoute un autre combat. Celui pour l’égalité sociale en matière de santé. Le Dr. Ngo qui a reçu le prix Ruban Rose Avenir au mois d’Octobre dernier pour son projet intitulé « BICS : rôle des biais implicites dans le prise en charge du cancer du sein », n’a pas manqué de pointer du doigt la persistance « des inégalités sociales de santé dans le cancer du sein dont il faut bien comprendre les mécanismes pour améliorer la prise en charge des patientes les plus fragiles ».

Vous souhaitez recevoir par email les news de Bobigny ? Inscrivez-vous !

Nous nous engageons à vous envoyer seulement des informations pertinentes. Aucun spam!

À propos de l’auteur

Yousra Benseddik

Je suis une attachée de recherche clinique de formation, membre active de l'Association Jeunesse Ambitieuse de Bobigny et responsable de l'accompagnement scolaire des primaires et collégiens. Mon objectif : faire bouger les choses autant que possible !

Cliquez ici pour ajouter un commentaire

Laisser un commentaire